Exposition collective "Réalité"du 15/09/2011 au 26/11/2011 Du lundi au samedi de 11h à 20h

Artistes hyperrealistes exposés :

Jean-Pierre De Crignis
ses peintures
son site
Patrick Guicheteau
ses peintures
son site


PRESENTATION DE L'HYPERREALISME

LES GALERIES
LES ARTISTES FIGURATIFS MANIFESTENT LIENS


L'hyperréalisme est un art contemporain. Il se caractérise par la prouesse technique de ses auteurs de l'imitation du réel.

Mais à la différence de l'art contemporain officiel, légitimé et imposé par les 3M (le Marché, les Médias, le Ministère de la Culture), l'hyperréalisme est peu présent dans les FRAC (Fonds Régionaux d'Art Contemporain).

Ce qui différencie l'hyperréalisme de l'art contemporain officiel (que certains qualifient "d'art comptant pour rien") présent dans les FRAC, c'est le sens. Alors qu'une œuvre hyperréaliste ou plus largement , figurative, parle à tout être sur terre, l'art contemporain officiel prétend "expulser le sens".
"S’il y a un sens, s’il y a quelque chose à comprendre, ce n’est plus de l’art, c’est du socioculturel".  Les  'œuvres' d'art contemporain officiel  n'ayant aucun sens sont donc incompréhensibles par nature. Le spectateur est donc sommé, non de comprendre, mais "d'apprécier la démarche".


Le vide de sens s'accompagne parfois de transgression, la violation d'un interdit, souvent moral. Il n’y a jamais de subversion politique, car cela mettrait la classe financière dominante en difficulté

En promouvant des œuvres vides de sens, la classe dominante évacue toute subversion. La classe sociale dominante fait donc mine d’apprécier l’abstrait et le contemporain.

La classe sociale populaire s’appuie sur son bon sens pour évaluer l’art contemporain officiel à ce qu’il est : du néant. Les serviteurs de  "l'art contemporain officiel" qualifient alors cette classe sociale d’inculte imperméable au « génie créateur ».

La classe moyenne, redoutant de se voir qualifiée d’inculte, ne se mêle alors pas à la classe sociale populaire (ce qui serait la définition de la lutte des classes, classe populaire et classe moyenne contre la classe dominante) et ne rejette plus l’art contemporain officiel.

L'art contemporain officiel n’est ni de l’art, ni contemporain. C’est de l’art de marché, qui permet à des grosses fortunes d’amasser de la valeur en profitant de mesures de défiscalisation. Ce ne sont donc que des biens de production dénués de sens, issus d'expressions individuelles.

Pour comprendre la dérive de l’art, voyez deux extraits de cette excellente conférence de Franck Lepage :

1/ de 2h47m55s à 2h56m33s  https://www.youtube.com/watch?v=3Q1oyEXMXs4#t=2h47m57s

2/   à partir de 3h02m : https://www.youtube.com/watch?v=3Q1oyEXMXs4#t=3h02m09s


,

ACCUEIL

:
pour envoyer un message, tapez 'voyage2362000 at yahoo.fr', remplacez le ' at ' par @